"Tout semble naitre de ce grand vide initial,
et toujours ou presque,
un être-spectateur, en attente, immobile
ou parfois en mouvement assiste
aux éveils du monde
Il contemple ce qui le dépasse.
Comme il se doit, différentes strates
de lectures se touchent et
s’entrechoquent, l’énigme demeure,
trame invisible et souterraine, brûlante
et emportée.
"
 

                                                                                                                     
  
A propos des œuvres de Barbara Smits.
Annika Roulet 2016.

                         Journaliste, philosophe, critique d’art.

 
 
                                                                                                     

« Mon travail se construit autour d’épopées ou de contes tirés d’un vaste corpus de traditions littéraires ».


 





L’utilisation du texte est un marqueur important dans ma réflexion. Je marie les mots et les idées pour créer des œuvres poétiques. Ce sont des images en apparence inexplicables, elles sont dépourvues de tout sens analogique. Ma volonté est de retranscrire un voyage immobile, de bousculer l’inertie du dehors, du représenté.

Le cheminement d’une idée commence souvent par une immersion rêveuse, une intention à la fois douce, flottante, mais aussi accompagnée d’une volonté d’étrangeté. Observatrice impartiale, ouvrière de ma conscience, Je pose des questions inquiètes sur notre civilisation et son environnement, basées sur le souvenir et le monde d’aujourd’hui.

Dans mes derniers travaux, le corps disparaît dans le paysage, le piège et le dérange. Dans ces jeux de plans, qui renversent toutes normes spatiales, toutes structures mentales établies. Je remets en question ce qu’est la réalité et comment nous la percevons, pour ouvrir le champ des possibles et reconstituer nos perceptions. Un besoin de sublimer les formes afin de narguer le vide.

Le genre humain est pour moi un vecteur, il me permet de faire une radiographie de la vie, de ce qu'elle nous apporte en démesure. Sa cruauté, sa violence, sa fragilité aussi. Le principe d’incertitude, l’énigme et le dérangement font partie de l’élaboration et de la conception de mon travail.



 




Les vides et les pleins sont définis avant toute chose par l'encre noire ou le fusain. La volonté de dialoguer avec le noir et le blanc renforce la dramaturgie des scènes. Le trait est mon guide, mon esprit, il retranscrit fidèlement mon intention première, la couleur, doit ensuite suivre. Mon monde est fait de légendes et d’histoires, Je l’efface et je le reconstruis, tout cela habite le dessin.

Techniques utilisées : l’acrylique, du fusain, du pastel sec, de l’encre sur du papier, sur des collages ou de la toile.


 



De nationalité Belge et Suisse, Barbara Smits est née en 1968.
Après une scolarité Française, elle poursuit ses études aux Beaux-Arts de Genève,  puis obtiendra le diplôme de l’IPEDEC à Paris.
C’est 1998 qu’elle fonde l’entreprise Atelier B. Elle effectuera plusieurs chantiers de restauration pour les monuments historiques, des créations de décors et de pause de feuilles d’or en France, Belgique et en Suisse. Parallèlement à son activité principale de peintre en décor, elle continuera  son travail d’artiste peintre et participa à plusieurs expositions.
Au fil des années, de plus en plus happée par son travail personnel, elle s’y consacrera totalement dès 2006.

Barbara Smits vit et travaille à Rueil-Malmaison.